Quelle est la différence entre colonne sèche et colonne humide ?

colonne seche et humide
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0

Vous avez peut-être déjà aperçu, dans les sous-sols ou dans les bâtiments publics, d’étranges tuyaux rouges qui longent les murs : il s’agit des colonnes sèches et des colonnes humides, deux dispositifs de lutte contre les incendies qui facilitent la vie des sapeurs-pompiers.

 

La colonne sèche

Une colonne sèche, c’est tout simplement une conduite rigide et verticale qui parcourt un bâtiment. Elle est habituellement placée dans une zone protégée, dans une cage d’escalier par exemple. On dit qu’elle est « montante » quand elle dessert les étages supérieurs, et qu’elle est « descendante » quand elle va vers les niveaux inférieurs. Elle est composée d’un tuyau d’un diamètre de 65 ou de 100 millimètres doté de raccords d’alimentation.

La colonne sèche sert à alimenter en eau un bâtiment en cas d’incendie, mais, comme son nom l’indique, elle est « sèche », c’est-à-dire qu’elle ne contient pas d’eau. Il est nécessaire de la brancher à un fourgon incendie à l’aide d’un tuyau souple. Ensuite, les sapeurs-pompiers peuvent facilement acheminer l’eau au sous-sol ou dans les étages.

 

La colonne humide

Parfois appelée « colonne en charge », la colonne humide a le même rôle que la colonne sèche : elle doit rendre les manœuvres des sapeurs-pompiers plus aisées, en réduisant le temps nécessaire pour intervenir sur un incendie.

Elle prend la forme d’un tuyau fixe et rigide qui, à la différence de la colonne sèche, est pressurisé et alimenté en eau en permanence, grâce à des pompes ou à un château d’eau. Les raccords servent à la relier à des réservoirs, des suppresseurs, des pompes ou à tout autre dispositif permettant d’approvisionner en eau les lances des pompiers. La colonne humide est ainsi l’équivalent, en intérieur, d’un poteau d’incendie.

 

Que dit la réglementation ?

Toutes les constructions ne sont pas dotées de colonnes sèches et de colonnes humides. Les premières se trouvent dans tout immeuble de plus de 28 mètres de haut ou qui comporte plus de sept étages sur rez-de-chaussée.

Il est également obligatoire d’en doter les établissements recevant du public où se trouvent des locaux à risque dont le plancher est situé à plus de 18 mètres de hauteur. Les colonnes humides, quant à elles, sont obligatoires dans les immeubles et les ERP de plus de 50 mètres de haut.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0