Sécurité incendie : quelles sont les obligations au sein des établissements scolaires ?

sécurité incendie école
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0

Les établissements scolaires font partie des bâtiments de Type R (locaux d’enseignement). Ils sont classés en cinq catégories, en fonction de leur capacité d’accueil. Dans le domaine de la prévention incendie, plusieurs règles existent et s’appliquent directement aux écoles. Voici les principaux éléments qui les caractérisent.

Le rôle du directeur de l’école dans la prévention incendie

Le directeur de l’école a un rôle déterminant dans la prévention contre les incendies. C’est à lui de communiquer avec le maire de la ville, pour qu’il engage toutes les vérifications techniques nécessaires, tout en faisant passer les commissions de sécurité.

En outre, le directeur tient obligatoirement un registre de sécurité. Il conçoit également des consignes régulièrement mises à jour et faciles à comprendre, afin de faire connaître l’organisation de la sécurité incendie. L’organisation des exercices d’évacuation lui revient, tout comme les vérifications d’usage : s’assurer que les couloirs ne sont pas encombrés, que les portes coupe-feu ne sont pas bloquées par des cales, que les issues de secours restent accessibles, etc. Dès lors qu’il aperçoit un dysfonctionnement, le directeur doit communiquer avec la mairie et les services techniques pour envisager les réparations.

Comment optimiser la sécurité incendie à l’école ?

Il existe plusieurs obligations connues et respectées par les écoles. Par exemple, elles doivent toutes être équipées d’extincteurs à eau pulvérisée, avec une capacité minimale de 6 litres. Le minimum requis est d’un extincteur pour 200 mètres carrés. Il faut également un appareil par niveau, proche de chaque sortie. En outre, tous les locaux « à risques particuliers » doivent être nantis d’un extincteur : c’est notamment le cas des chaufferies.

Différentes alarmes sont obligatoires dans les écoles : une alarme de type 4 (cloche ou sifflet, par exemple) dans les petites écoles de 4e et 5e catégorie. Pour les plus grands établissements, dans les catégories 1 à 3, la présence d’une centrale d’alarme est impérative.

Afin de s’assurer que les personnes présentes quotidiennement dans une école réagissent correctement en cas d’incendie, l’organisation d’exercices est décisive. En parallèle, un affichage clair des consignes de sécurité et une vraie politique de sensibilisation apparaissent comme des idées pertinentes pour tous.

 

 

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0