Quels sont les premiers moyens d’intervention et de lutte contre un incendie ?

Intervention lutte contre un incendie
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0

Au déclenchement d’un incendie, les premières réactions des personnes en présence peuvent parfois jouer un rôle déterminant en matière d’intervention et de lutte. À défaut d’y parvenir, celles-ci doivent impérativement donner l’alerte, pour provoquer une évacuation rapide du bâtiment et préparer au mieux l’intervention des secours.

 

Le rôle des premières personnes sur place

Selon l’article 231-3-1 du Code du travail, « Tout chef d’établissement est tenu d’organiser une formation pratique et appropriée en matière de sécurité ». Cette sensibilisation permet ainsi au personnel de pouvoir observer les bons gestes lors d’un départ d’incendie.

Formé à la manipulation des différents extincteurs et robinets d’incendie armés (RIA), le personnel doit ainsi être en mesure d’utiliser ces matériels pour tenter d’éteindre le départ de feu. Là encore, conformément au Code du travail et à son article R. 4227-29, qui impose à toute entreprise d’avoir « au moins un extincteur portatif à eau pulvérisée, d’une capacité minimale de 6 litres, pour 200 m2 de plancher. Il existe au moins un appareil par niveau. Lorsque les locaux présentent des risques d’incendie particuliers […], ils sont dotés d’extincteurs, dont le nombre et le type sont appropriés aux risques ».

Si le feu ne s’étend pas, le personnel doit procéder à l’évacuation du bâtiment, selon les consignes répétées lors des exercices. Pour rappel, il est important de ne pas emprunter les ascenseurs, mais progresser vers les sorties de secours prévues à cet effet. Il est également essentiel de veiller à ce que la dernière personne à sortir s’assure de refermer ces issues afin de limiter au maximum la propagation de la fumée et du feu.

 

Les équipiers de première intervention (EPI)

Au-delà de cette formation classique, l’entreprise peut accueillir des équipiers de première intervention (EPI). Sur la base du volontariat, ces derniers sont spécifiquement formés pour pouvoir réagir efficacement face aux incendies et attendre l’arrivée des secours.

La formation EPI comprend une partie théorique (prévention, cause de l’incendie, combustion, classes de feu, différents extincteurs, etc.) et une partie pratique (réaction face à un début d’incendie simulé, application des consignes de sécurité, etc.) Une fois l’attestation obtenue, le personnel formé est invité à suivre régulièrement des séances d’entraînement chaque année.

À noter qu’une entreprise peut également former des équipiers de seconde intervention (ESI) ou « pompiers d’entreprise », si elle se situe loin du centre d’incendie ou si celle-ci présente des risques particuliers.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0