Qu’est-ce que la protection passive contre l’incendie ?

protection passive contre incendie
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0

Par opposition à la protection active contre l’incendie, destinée à secourir les victimes et à éteindre rapidement le feu, la protection passive est surtout préventive. Elle se traduit notamment par un ensemble de mesures applicables lors de la construction, et concrétisées au travers d’une réglementation bien définie.

 

Les mesures visées par la protection passive contre l’incendie

Ne nécessitant aucune intervention humaine et aucun apport extérieur d’énergie, la protection passive se déclenche dès le début d’un incendie. Ces mesures sont appliquées au moment de la construction du bâtiment (conception et choix des matériaux), afin de satisfaire plusieurs objectifs :

  • Arrêter la progression de la fumée ;
  • Limiter la propagation des flammes ;
  • Offrir aux éléments de structure une grande résistance au feu ;
  • Circonscrire le plus longtemps possible les effets du feu à la zone sinistrée.

Par exemple, les produits et systèmes relevant de la protection passive contre l’incendie sont les gaines et conduits de ventilation et de désenfumage, les peintures et enduits ignifugés, les surfaces vitrées, les colliers ou manchons, les portes coupe-feu ou encore les produits de calfeutrement (mousses, mortiers, mastics…).

 

Quelles sont les exigences de la réglementation ?

L’arrêté du 21 novembre 2002 trie les produits de construction autres que les sols, en fonction de leur réaction au feu :

  • Incombustibles ;
  • M1 (combustibles non inflammables) ;
  • M2 (combustibles difficilement inflammables) ;
  • M3 (combustibles moyennement inflammables) ;
  • M4 (combustibles facilement inflammables).

Des euroclasses harmonisées à l’échelle européenne, construites à partir de nouvelles méthodes d’essais.

L’arrêté du 22 mars 2004, revu le 4 mars 2011, établit, quant à lui, leur résistance au feu en fonction de trois critères :

  • « R », la capacité portante des éléments de structure, horizontaux comme verticaux ;
  • « E », l’étanchéité aux flammes et aux gaz chauds et inflammables ;
  • « I », l’isolation thermique.

Conformément à cet arrêté, les produits sont déterminés par ces lettres, qui sont suivies de 2 ou 3 chiffres, indiquant la durée de résistance exprimée en minutes.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0