La couverture anti-feu, un incontournable de la protection incendie

couverture anti-feu

Encore très peu connue des particuliers, la couverture anti-feu se présente pourtant comme un bon moyen de lutte contre les incendies, parce qu’elle cumule deux usages. En effet, on peut aussi bien s’en servir pour étouffer un début de feu que pour se protéger soi-même, quand on doit se déplacer dans un bâtiment envahi par les flammes.

Tout savoir sur la couverture anti-feu : types, normes

Les différents rôles d’une couverture anti-feu

Si elle ne suffit pas à elle seule pour protéger des individus du feu, cette couverture intervient comme un accessoire préventif supplémentaire, qui représente un faible investissement, et dont il serait logiquement dommage de se priver.

En complément d’un extincteur ou d’un détecteur de fumée, elle pourra par exemple permettre d’éteindre un début de feu électrique (friteuse, plan de travail, grille-pain). Par ailleurs, les personnes amenées à évoluer dans un environnement enflammé peuvent s’enrouler dans cette couverture afin d’éviter les brûlures et de moins subir la chaleur.

Son usage reste simple et à la portée de tous : il suffit de tirer sur deux languettes et de l’ôter de sa protection.

Plusieurs tailles disponibles

Il existe 3 tailles différentes qui correspondent à des usages variables : 

  • Le petit format, de 1 x 1 mètre, est minimal pour protéger un homme
  • Le standard, de 1,20 x 1,20 mètre, reste celui que l’on recommande le plus souvent
  • Le grand modèle, de 1,20 x 1,80 mètre, peut protéger jusqu’à deux personnes simultanément

Bien évidemment, tous les produits de ce type commercialisés sur le territoire européen font l’objet d’un contrôle scrupuleux : avant tout achat, vérifiez bien la présence du marquage CE. En outre, référez-vous toujours à la norme française de lutte contre le feu, NF EN1869. N’hésitez pas à solliciter l’avis d’un professionnel de la sécurité incendie.

Pourquoi une couverture anti-feu ne suffit pas ?

Composée d’un textile ignifugé ou d’une matière peu ou pas combustible comme le silicone, la couverture anti-feu apparaît simplement comme une prévention supplémentaire recommandée, mais ne peut pas être considérée comme une protection à part entière.

En effet, il est primordial de comprendre qu’elle n’a pas de réel effet de refroidissement : elle peut limiter les brûlures, mais pas les empêcher complètement, surtout si elle est trop petite.