Quelles sont les normes et la réglementation entourant le désenfumage ?

normes et réglementation desenfumage

Date de dernière mise à jour le 7 novembre 2022

Lorsqu’un incendie survient dans un bâtiment, le feu est toujours l’élément le plus redouté : en réalité, les fumées sont le plus souvent à l’origine des décès. Très rapidement, elles peuvent envahir une pièce et leur opacité est redoutable pour les voies respiratoires. Aujourd’hui, les normes de désenfumage se précisent afin de limiter les conséquences des feux. Elles dépendent du type de bâtiment et de la surface des locaux concernés.

Des normes européennes et françaises à respecter

Les Dispositifs d’Évacuation Naturelle de Fumées et de Chaleur (DENFC) sont soumis à la norme européenne EN 12 101. À l’échelle de la France, d’autres normes existent – elles concernent les règles d’installation (NF S 61-932), les règles d’exploitation et de maintenance (NF S 61-933), les dispositifs actionnés de sécurité (NF S 61-397) et les dispositifs de commande manuelle (NF S 61-938).

Pour savoir si vous devez installer un dispositif de désenfumage dans un bâtiment que vous gérez, il faut se renseigner sur les règles particulières au lieu concerné (accueil éventuel de public, superficie, hauteur de l’immeuble, etc.).

Différence entre désenfumage naturel et désenfumage mécanique

Le désenfumage naturel consiste, en cas d’incendie, à laisser l’air circuler librement dans les zones impactées du bâtiment, pour remplacer autant que possible la fumée par un apport d’air nouveau. Il peut s’agir de simples ouvertures dans les murs ou le toit, ou d’un système de ventilation qui, en amenant un flux d’air sans fumée dans les locaux concernés, pousse la fumée en dehors des pièces à désenfumer.

Le désenfumage mécanique, plus adapté à des endroits difficiles à aérer comme des sous-sols ou des couloirs, consiste à balayer la fumée et l’extraire par des ventilateurs mécaniques. Il permet également la mise en surpression d’espaces à protéger des fumées. 

Il est tout à fait possible, et même parfois conseillé, d’associer désenfumage naturel et mécanique pour protéger un bâtiment.

Le désenfumage sur les lieux de travail

Plusieurs articles du Code du travail précisent les réglementations liées au désenfumage sur le lieu de travail. Il est obligatoire d’installer un dispositif permettant d’évacuer la fumée dans les locaux de plus de 300 mètres carrés, les locaux aveugles (c’est-à-dire dépourvus de porte ou de fenêtre menant directement vers l’extérieur) ainsi que les sous-sols de plus de 100 mètres carrés. Cette protection reste également requise au niveau des escaliers, des cages d’ascenseur et enfin les locaux des immeubles dont le plancher est situé à au moins 8 mètres du sol.

Par ailleurs, tous les matériaux participant à la mise en place du dispositif de désenfumage sont obligatoirement conformes avec les textes et normes en vigueur. Finalement, pour mettre en place une installation de ce type, il faut se référer à la norme française de Sécurité NF S 61-933.

Réglementation du désenfumage dans les établissements recevant du public (ERP)

Les établissements recevant du public sont soumis à leur propre liste de normes et réglementations de désenfumage, qui recoupe cependant en partie les règles concernant le désenfumage sur les lieux de travail. Ainsi, les locaux de plus de 300 mètres carrés et ceux de plus de 100 mètres carrés qui sont aveugles ou situés en sous-sols doivent impérativement être équipés de systèmes de désenfumage. De plus, il faut également en placer dans tous les couloirs de plus de 30 mètres, et ceux d’une taille inférieure qui ne donneraient pas un accès direct vers l’extérieur ou un local protégé. Par ailleurs, tous les couloirs situés au sous-sol, quelle que soit leur taille, doivent en être équipés. Enfin, les escaliers doivent, autant que possible, pouvoir être désenfumés par des systèmes naturels. L’instruction IT 246 précise, pour chaque type de lieu à protéger, les caractéristiques et performances que les systèmes de désenfumage doivent pouvoir assurer.

Réglementation du désenfumage sur les immeubles d’habitation

Les maisons individuelles ne sont pas soumises à des normes et réglementations de désenfumage, mais ce n’est pas le cas des immeubles collectifs. Les règles changent en fonction du type d’immeubles concerné : les immeubles de type 2e, 3e, et 4e famille doivent impérativement équiper leurs cages d’escaliers de dispositifs de désenfumage naturel.

Réglementation du désenfumage : pose et installation

Très détaillées et parfois complexes, les normes et réglementations de désenfumage peuvent parfois entrer en conflit, dans le cas d’un bâtiment entrant dans plusieurs des catégories précédemment citées par exemple. Dans pareil cas, pour assurer une sécurité incendie maximale, ce sont les règles les plus contraignantes qui doivent être suivies. Mais dans tous les cas, au moment de la pose ou de l’entretien des systèmes de désenfumage, il est vivement conseillé de faire appel à des professionnels de la sécurité incendie, pour que ces systèmes respectent les règles et soient correctement mis en place. Les systèmes installés doivent être conformes aux normes françaises et européennes.

Immeubles d’habitation

Les immeubles d’habitation ne sont obligés d’installer des dispositifs de désenfumage que dans leurs cages d’escalier. Et comme il est très largement conseillé, de façon générale, d’utiliser du désenfumage naturel pour ces lieux, c’est donc vers ceux-là qu’il faut se tourner. La norme européenne EN 12-101-2 impose ainsi d’utiliser un exutoire DENFC (Dispositif d’Évacuation Naturelle de Fumées et Chaleurs).

Établissement recevant du public

À l’exception des locaux situés au sous-sol, et qui nécessitent des dispositifs de désenfumage mécanique, les ERP doivent utiliser des exutoires de désenfumage naturel DENFC. Ceux-ci doivent de plus répondre à certaines exigences. Ainsi, pour les locaux de moins de 1000 mètres carrés, la surface des exutoires doit être équivalente à au moins 1/200 ème de la surface au sol. Pour les locaux plus grands, la surface des exutoires doit être calculée grâce aux directives de calculs de l’I. T. 246. De plus, ces exutoires doivent être correctement répartis, à raison d’un tous les 300 mètres carrés de toiture.

Lieux de travail

Les lieux de travail doivent également installer le même type d’exutoire. La surface totale de ceux-ci doit être d’au minimum 1/100 ème de la surface au sol des locaux. Par ailleurs, comme pour les ERP, ils doivent être bien répartis, à raison d’au moins un exutoire tous les 300 mètres carrés de toiture.

Pourquoi insister sur l’utilité de cette sécurité ?

Que l’on opte pour le désenfumage mécanique ou le désenfumage naturel, on accède toujours à des dispositifs particulièrement efficaces pour réduire l’épaisseur des gaz toxiques, conserver un taux d’oxygène augmentant le pronostic des personnes enfermées et accroître la visibilité, tant des personnes à l’intérieur du bâtiment que des secours qui tentent de leur venir en aide.

Si le développement des détecteurs de fumée s’est imposé avec l’apparition d’une loi le rendant obligatoire, il est également utile d’envisager la possibilité d’augmenter sa sécurité avec une solution de désenfumage – une chance supplémentaire de n’avoir aucune victime suite à un incendie.

Le groupe SIMIE vous accompagne et vous conseille sur tous vos systèmes de désenfumage

Sécurité Incendie regroupe les entreprises du groupe SIMIE. Avec plus de 90 ans d’expérience, ses employés travaillent à renforcer la sécurité de vos installations. Professionnels et expérimentés, ils sont à jour sur les normes et réglementations de désenfumage, et pourront répondre à toutes les questions que vous vous posez en la matière. Enfin, si vous êtes à la recherche de professionnels capables d’installer efficacement ou de faire la maintenance complète d’un dispositif de désenfumage dans votre bâtiment, ils se feront un plaisir de répondre à vos besoins.